RSS

2 articles de fond sur le portage sur le site Sleepy Wrap

19 Sep

Sleepy Wrap est une marque d’écharpes de portage stretch. Il s’agit d’une société américaine  créée par une maman, Elizabeth Antunovic, qui a inventé ce modèle d’écharpes pour porter ses enfants et qui a connu avec elles un grand succès…

On la voit peu en France (où elle n’est pas très bien distribuée… on peut néanmoins se la procurer chez Melicott) mais elle semble plutôt bien vendue aux Etats-Unis. Autre particularité : elle fait 50 cm de largeur quand la plupart des autres modèles font 70 cm. Elle reste donc plutôt adaptée aux tout-petits (cette largeur rendra difficile l’enveloppement pour un enfant plus grand).  Il faut noter aussi qu’elle est assez peu onéreuse si on la compare aux autres écharpes (39,95€ chez Melicott).

Elizabeth Antunovic est naturellement une passionnée de portage. Elle a beaucoup lu sur la question, et fait partager sa réflexion dans deux articles de fond publiés sur le site, étayés de nombreuses références bibliographiques et illustrations visuelles. La ligne directrice de ces deux textes consiste à répondre à cette question centrale : pourquoi faut-il porter son bébé ? Les « classiques » (Montagu surtout, mais aussi Liedloff et d’autres) sont bien entendu largement cités… ainsi que des études scientifiques diverses. Ils constituent la base des arguments présentés.

Ces textes sont de bonnes synthèses de la « philosophie » du portage… et présentent l’avantage d’être librement accessibles en ligne ! Il y a d’autres textes disponibles sur le site (dans la rubrique « more » : consignes de sécurité, méthode kangourou…) mais ces deux là ont retenu mon attention pour leur dimension « philosophie du portage » justement.

« Strollers, baby carriers and infant stress »

Le premier s’intitule « Strollers, baby carriers and infant stress » (Poussettes, porte-bébés et stress de l’enfant) et date de 2008. Il explique que les recommandations médicales suggèrent souvent de positionner bébé sur un plan vertical la majeure partie du temps… or  ce n’est pas justifié : le portage est au contraire essentiel pour le développement physique, émotionnel et intellectuel du bébé.

En effet, en premier lieu, la colonne vertébral du bébé n’est pas plate : positionner le bébé à plat est donc non physiologique, c’est source de tensions et mauvais pour ses hanches. A trop laisser bébé sur un plan horizontal, on finit par créer des déformations physiques.

En outre, on sait que la position foetale est la plus sécurisante pour bébé, et c’est aussi la meilleure pour l’oxygénation du bébé : or ce n’est pas une position à plat !

La nature nous montre aussi, avec le réflexe d’agrippement, que les bébés sont bien faits pour être portés…

Les sièges auto, qui maintiennent l’enfant dans une position arrondie, ne sont pas l’idéal non plus : le bébé est en effet maintenu, il ne peut pas bouger, quand le portage contre le corps de sa mère lui permet au contraire de développer ses capacités moteurs en réponse à ses mouvements.

Elizabeth Antunovic s’interroge alors sur les causes qui font que l’on continue de conseiller de positionner les bébés à plat… et suppose que c’est parce que le corps médical continue à penser les porte-bébés comme des objets non physiologiques qui soutiennent l’enfant par l’entrejambe, voire le positionnent face au monde. Et ce type de produits est effectivement créateur de stress pour l’enfant.

Elle s’attarde également sur la question du portage chez les Inuits, qui portent leurs bébés emmaillotés dans une position très plate.  Et les petits Inuits connaissent de gros problèmes de dysplasie de la hanche, qui n’existent pas dans les cultures où l’on porte en position assis-accroupi.

Finalement un porte-bébé physiologique porte comme les bras d’une maman… ce qui est naturellement la meilleure position. C’est ainsi que le bébé sera au mieux oxygéné, qu’il aura le moins de douleurs gastriques (c’est une position idéale pour soulager le RGO), que son système vestibulaire sera sollicité, ses sens développés, ses fonctions vitales enclenchées… bref, qu’il sera la plus heureux et sécurisé.

A noter qu’il y a beaucoup de photos dans cet article, illustrant les différents points abordés (développement de la colonne, porte-bébés non physiologiques, bonne position, portage chez les Inuits…). A voir au moins pour les images donc !

« The Best Place After the Womb : Exterogestation and the Need to Be Held »

Le second article date de 2009 et s’intitule « The Best Place After the Womb : Exterogestation and the Need to Be Held«  (Le meilleur endroit après l’utérus : exterogestation et besoin d’être porté »). Il s’attache à montrer que le petit humain naît immature, et que le corps de la mère devient, après la naissance, son « habitat » naturel pour poursuivre sa gestation. Il faut donc respecter cette période en répondant à son besoin de contact et en permettant à la « symbiose » mère / enfant de se poursuivre ; afin que le bébé se développe au mieux (les arguments sont très axés tout au long de l’article sur le développement du cerveau).

Cette immaturité du petit humain est observable : ses fonctions vitales ne sont pas en place à la naissance, il est entièrement dépendant. La naissance, chez l’homme, intervient en effet beaucoup plus tôt, en comparaison, que chez les autres mammifères. Cela est dû à la taille de la tête : le bébé naît au moment où la tête peut encore sortir du corps de la mère. Plus tard, au regard de la croissance exponentielle du cerveau au cours de la première année, cela deviendrait impossible… Mais cette période de croissance du cerveau se déroule ainsi avec des stimulations extérieures qui permettent au petit homme « d’affuter » son intelligence future.

Durant cette période, être près de sa mère est une nécessité vital pour le bébé : la nature nous le montre (sa survie en dépend, le fonctionnement de la lactation humaine implique que bébé et maman ne se séparent que le moins possible). Mais c’est aussi essentiel pour la maman pour qui cette proximité avec son bébé a des effets positifs sur son état. Le respect de cette étape est la condition pour que l’enfant se développe harmonieusement. Le portage, à ce moment, permettra au bébé de trouver un endroit sûr d’où observer le monde et de lui procurer tous les stimuli sensoriels qui le feront grandir. On observe d’ailleurs que le manque de contact corporel a des effets graves sur le nouveau-né : ils peuvent aller des problèmes de croissance ou de fonctionnement du système immunitaire, à la mort dans certains cas extrêmes.

Finalement porter son enfant permet de reproduire au plus près les conditions de vie du bébé dans l’utérus… un environnement adapté à ses besoins, sûr et bienveillant.

Deux textes à lire donc, pour se plonger un peu dans la philosophie du portage !

Voir mes autres notes de lecture

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le septembre 19, 2010 dans Porter... et lire, Porter... sur le web

 

Étiquettes : , , , ,

Une réponse à “2 articles de fond sur le portage sur le site Sleepy Wrap

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :